Mieux Voter

Manifeste pour le Jugement Majoritaire

Inventer - S'exprimer - Décider


Voter est l’acte démocratique fondamental. En votant, nous décidons pour organiser la vie sociale, résoudre des crises et construire l’avenir. Nous votons souvent : à l’école, dans l’entreprise, aux élections politiques, aux élections professionnelles, dans les associations sportives... Et nous votons en confiance, car de la confiance collective dans le système de vote, découle la légitimité de son résultat et l’acceptation pacifique de ses conséquences, par tous.

Malheureusement, nous votons mal : qu’il s’agisse du scrutin majoritaire ou proportionnel, uninominal ou plurinominal... nos méthodes de vote sont usées et ne permettent pas de traduire l’opinion de l’électorat. Elles reposent tous sur la même pratique: donner à l’électeur un bulletin, lui demander de l’attribuer à une seule candidature, puis calculer la somme des voix obtenues pour chaque candidature.

Ces méthodes sont un non-sens et fragilisent la confiance dans nos élections :

  • Elles ne permettent pas à l’électeur de s’exprimer : bien que les électeurs aient une opinion, bonne ou mauvaise, sur tous les candidats, ils sont cantonnés, souvent enfermés, dans le soutien à un seul candidat, à l'exclusion de tous les autres. Le vote qu’il leur est demandé d’exprimer ne souffre aucune nuance. Ayant voté pour un candidat, l’électeur ne révèle absolument rien de ce qu’il pense des autres, et pas plus de ce qu’il pense de celle ou celui pour qui il a voté.
  • Elles placent souvent l’électeur devant un choix stratégique absurde : si je n’adhère à aucune candidature où si j’hésite entre plusieurs, dois-je voter “utile”, “contre”, “par défaut”, “blanc”?
  • Elles aboutissent, faute de désigner le vrai gagnant de la majorité, à des accidents démocratiques. Le résultat de l'élection - et le vrai choix de la majorité - peut être vicié par la variation du nombre de candidatures, au travers de votes "stratégiques" ou "utile".

Mieux Voter veut rendre l’élection aux électeurs,
en leur donnant le pouvoir de s’exprimer.

Nous présentons une nouvelle méthode de vote, le « Jugement Majoritaire », établie par les mathématiciens Michel Balinski et Rida Laraki en 2002. Le Jugement majoritaire s’applique à tout type de votation collective, qu’il s’agisse d’élire un candidat, de classer des vins, de retenir une idée ou de choisir un projet. Son principe est simple et naturel, mais il change tout ! L’électeur vote en donnant son avis sur toutes les candidatures présentées, leur attribuant la mention de son choix (par exemple Très bien, Bien, Passable, Insuffisant, A Rejeter). La candidature retenue est celle jugée la plus méritante par la majorité de l’électorat.

Avec le Jugement Majoritaire :

  • Les électeurs peuvent s’exprimer pleinement;
  • Le meilleur candidat gagne et sa légitimité, à travers les “mentions”, est précisément mesurée;
  • Le vote "utile" disparait puisque l'on peut juger positivement plusieurs candidats;
  • Le vote “par défaut” ou “blanc” n’ont plus raison d’être car il est possible de juger négativement à tous les candidats.
  • Le scrutin est très difficile à manipuler : des blocs d'électeurs qui tricheraient sur leur classement en donnant des opinions disproportionnées et tronquées ne peuvent avoir qu'une influence limitée sur les résultats.
  • Le pouvoir revient aux électeurs : si tous les candidats sont jugés Insuffisant ou à Rejeter, une nouvelle élection avec d’autres candidats pourrait être organisée.